bracelets-montre-quoi-choisir-guide-achat-chronollection

Ah le bracelet ! Elément essentiel d’une montre, il peut en changer l’allure du tout au tout et soit faire passer son porteur pour un fin connaisseur au goût raffiné soit ressembler à l’équivalent horloger de porter des sandales avec des chaussettes. Bien qu’il représente visuellement la moitié de la montre, cet accessoire indispensable se fait bien souvent voler la vedette par les boitiers et cadrans. Pourtant changer de bracelet permet de changer le style d’une montre et de la mettre en valeur, à condition de respecter quelques règles. Alors si vous vous demandez comment choisir un bracelet de montre mais que vous voulez éviter d’avoir l’air d’un touriste allemand en plein été, voici un petit guide.

Une question de taille

La taille est un élément important lors du choix d’un bracelet. Si elle n’est pas bonne vous risqueriez de vous retrouver avec une montre trop serrée qui vous coupe la circulation sanguine ou au contraire une montre qui passera son temps à glisser le long de votre avant-bras et vous obligera à constamment faire des mouvements de poignets qui pourraient vous faire passer pour un prétentieux. Pire encore, il se peut tout simplement que le bracelet soit trop large et impossible à fixer à la montre. Alors évitons un achat inutile et voyons à quoi nous en tenir lors de l’achat d’un bracelet de montre.

bracelet-montre-mesures-bien-choisir

Les mesures principales d’un bracelet de montre.

Largeur du bracelet

Premièrement, parlons de la largeur. Il faut faire la distinction entre la largeur à l’entrecorne (w1 sur l’illustration) et la largeur de la boucle (w2). Cette dernière sera souvent plus petite sauf sur les modèles de bracelets droits. Il vous faut déterminer la largeur de l’entrecorne pour vous assurer que le bracelet soit adapté. Trop large et il ne passera pas entre les cornes, trop petit et il y aura du jeu.

Vous devriez trouver l’information dans les papiers de la montre, parfois sur le bracelet existant ou sur le site du fabricant. Sinon pas de panique il faudra faire à l’ancienne et sortir une règle pour mesurer la distance à l’intérieur des deux cornes. La plupart du temps les mesures sont en millimètre et en chiffres pairs, bien que des modèles impairs existent. Dans ce cas, un bracelet pair un peu plus grand devrait rentrer si la matière est souple (cuir, textile, caoutchouc).

Quelle épaisseur ?

Bien, maintenant abordons l’épaisseur. Le bracelet ne doit surtout pas être plus épais que le boitier au risque de lui voler la vedette et de vous retrouver en territoire « bracelet de force ». Or vous n’êtes pas un gladiateur et votre période ado rockeur contestataire est derrière vous, du moins on l’espère. De manière générale, privilégiez des bracelets plus fins pour les montres chics et habillées et celles à petit cadrans. Les modèles militaires ou pilotes peuvent se permettre des bracelets plus épais.

Et la longueur alors ?

Essayez de mesurer votre tour de poignet pour vous faciliter la tâche. Si vous avez un poignet de taille plutôt normale, des modèles standards existent. Il y a aussi d’autres tailles pour les poignets plus fins ou plus épais. Pour vous donner un ordre d’idée, voici une liste de tailles non exhaustives en format L1/L2 (voir schéma) pour tenir compte des deux parties du bracelet :
– Petit 105/70 mm ou moyen 110/70 mm pour des poignets autour de 16 cm
– Normal 120/75 mm ou 115/80 mm pour des poignets autour de 18 cm
– Grand 135/80 à 130/90 mm ou alors s’orienter vers du sur-mesure pour des poignets de plus de 19 cm

Notez que ce sont des valeurs moyennes. La taille au poignet peut aussi varier selon la taille de la montre, en toute logique plus elle sera grande plus vous aurez de la marge au niveau du bracelet. Vérifiez également que votre montre ne possède pas de système d’attache particulier, spécifique à la marque ou bien que les cornes sortent assez du cadran. Si ce n’est pas le cas mieux vaut vous tourner vers le fabricant en question pour l’achat de vos bracelets.

Une question de goût

Au delà des considérations techniques, il faut aussi faire attention à l’esthétique. Tous les bracelets ne vont pas avec toutes les montres. Un bracelet en cuir fin sur une montre militaire épaisse peut donner un drôle d’allure, de même que mettre un bracelet en caoutchouc sur une grande complication Patek Philippe risque de dépareiller. Evitez les contrastes trop importants, que ce soit au niveau de la taille, du style, de la couleur ou même de l’âge de la montre. Seul Ed l’Epicier sur Chronomania peut se permettre se genre de fantaisie, mais il a des passe-droits !

Pour les couleurs vous pouvez essayer d’assortir le bracelet à la couleur du cadran ainsi que la boucle à la couleur de la boite. Soucieux du détail, vous pouvez aussi tenter de faire un rappel à une aiguille ou un index avec une surpiqure dans le même ton.

Si vous avez une montre ancienne, essayez de rechercher quelque chose de similaire au bracelet d’origine. Il faut respecter le style de la montre avec un bracelet en conséquence. Cohérence est le maître mot ici, au risque de jurer. Puisque tous les bracelets ne s’accordent pas avec toutes les montres, voici un tour d’horizon des différents types de bracelets.

Quel bracelet choisir pour une montre ?

Les bracelets en cuir

Sachez avant tout qu’il y autant de cuirs différents que de montres. Du bracelet en peau de reptile australien à celui en croûte de cuir de vachette normande, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Bien choisi, le bracelet en cuir se veut généralement élégant et classique, et devrait durer longtemps, à condition de l’entretenir, au même titre qu’une veste ou des chaussures en cuir, et de lui épargner la douche ou le cours de natation du mercredi.

Pour choisir un bracelet en cuir il faudra juger de votre style et du contexte dans lequel vous allez porter la montre. On évitera les couleurs trop flashy, la montre devrait attirer les regards d’elle-même, en toute discrétion. C’est ça le vrai chic. Pour les montres habillées, privilégiez des bracelets plats et fins, et essayez d’accorder la boucle au boitier de la montre et éventuellement les surpiqures à un élément du cadran. Les montres militaires, pilotes et chronographes peuvent rendre très bien avec des cuirs usés, bruts, au look patiné – ou mieux, vraiment patinés.

Notez qu’en cas de grosse chaleur, la transpiration n’est pas du meilleur effet pour le cuir, en plus de lui donner une odeur bien particulière, on en reviendrait presque au touriste dont on parlait avant. Si vous vivez dans un endroit chaud, (ou que votre degré de sudation est supérieur à la moyenne), préférez peut-être d’autres matières.

Les bracelets en tissu

Nato et Zulu

Très populaires ces dernières années, les bracelets en tissu font le retour sur le devant de la scène. Le plus connu d’entre eux est surement le modèle Nato ou G10, popularisé par James Bond dans Goldfinger et repris par certaines marques sous cette appellation. On notera d’ailleurs que 007 aurait du être plus attentionné et suivre notre guide sur la taille des bracelets de montre, cela lui aurait évité d’en prendre un bien trop fin pour son entrecorne! Le Nato existe aussi en cuir pour ceux que cela intéresse. Le véritable Nato est normalement long de 280mm (oui c’est long, peut-être trop pour certains) et large de 20mm. Pour les déclinaisons non officielles il faudra vous renseigner.

nato bracelet james bond goldfinger

Le bracelet Nato de James Bond dans Goldfinger. Vous remarquerez qu’il est un peu étroit par rapport à l’entrecorne.

Autre type de bracelet en tissu, le Zulu. Version sous stéroïdes du Nato, il est plus adapté aux montres de grande taille et souvent fait de matériaux plus résistants comme le nylon, voir le cuir. En revanche, il est possible qu’il ne passe pas entre les pompes* et le boitier de certaines montres (*la barre entre les cornes où l’on attache le bracelet). De même les boucles sont généralement plus imposantes.

Ces bracelets se veulent généralement très abordables financièrement (de quelques euros à des dizaines d’euro selon la qualité), en plus de proposer des styles variés. Ils offrent une bonne résistance à l’eau et à la chaleur en plus d’avoir l’avantage de sécuriser la montre sur le poignet si une pompe venait à casser. Ils vont très bien sur les montres militaires, les plongeuses et les chronographes. Ils sont aussi faciles à changer puisqu’ils ne nécessitent pas d’enlever les pompes. Par contre, seul désavantage, le tissu peut tâcher, donc si vous êtes du genre maladroit, éloignez votre plongeuse de la sauce bolognaise ou de l’huile d’olive lors de vos entrainements pour Top Chef.

bracelet-montre-nato-guide

Un bracelet type Nato sur une Omega. Remarquez qu’il passe sous la montre.

Perlon, Cordura et Canvas

Les bracelets Perlon sont une bonne alternative aux Nato, et d’ailleurs très à la mode depuis quelques temps. Ils sont faits de tissu tressé, en général du nylon ou des fils de polyamide hautement résistants. Encore plus résistants et tout aussi abordables, ces bracelets ne disposent pas de trous et peuvent donc se régler très précisément pour s’adapter à la taille du poignet. Ils ne s’encombrent pas d’une deuxième boucle, il suffit simplement de passer l’ardillon à travers le maillage pour fermer la montre.

Ils présentent le même avantage de sécuriser la montre et la même facilité de changement que les Nato. Bien que très légers, très fins et agréables à porter, les bracelets en Perlon sont assez abrasifs et peuvent parfois rayer le fond de la montre.

Les Canvas et Cordura quant à eux sont faits d’une matière textile très solide et au style particulier. Eux aussi tissés, ils sont en général plus épais. Bien souvent les bracelets sont en deux parties et perdent donc la simplicité d’utilisation propre aux Nato, mais ils gagnent un peu en élégance selon les modèles.

blancpain-tribute-fifty-fathoms-montre-plongee

La Tribute To Fifty Fathom MIL-SPEC dévoilée à Baselworld 2017, avec un bracelet Canvas en toile de voile.

Les bracelets en acier

Le bracelet en acier ! Un classique de l’horlogerie et aussi le modèle le plus onéreux. On recommandera d’ailleurs d’acheter systématiquement une montre sur son bracelet acier (si vous aimez cette combinaison bien sur), quitte à changer ensuite, plutôt que l’inverse, qui vous coutera sensiblement plus cher. L’acier à l’avantage d’être étanche et très résistant, en plus d’avoir son style métallique bien particulier. La matière peut s’avérer un peu froide en hiver comparé au cuir ou au tissu. Ceux parmi nous qui n’auraient pas froid car munis d’une pilosité se rapprochant de celle d’un ours, risquent en revanche de laisser quelques poils entre les maillons. Vous voilà prévenu…

Les bracelets en acier ont le grand avantage d’être ajustables. S’ils ne sont pas à la bonne taille il suffit de faire enlever ou rajouter un ou plusieurs maillons. Plus difficile à associer avec le boitier, il vaut mieux viser à accorder les couleurs et faire dans l’uni. En général le bracelet en acier va plutôt bien sur les montres sportives, mais ce sont sur les montres de plongée qu’ils sont les plus courants.

Après avoir été délaissés quelques temps, les bracelets en « mesh » ou maille milanaise à l’aspect tressé font un retour en force depuis quelques années. Des marques prestigieuses comme Breitling en ont même équipé certains de leurs modèles. Signe des temps, Apple propose un « mesh » sur ses Watch, contribuant ainsi à remettre au goût du jour. Souples et doux à porter, ils sont en plus relativement bon marché (quelques dizaines d’euros) et donneront un look vintage aux montres sportives, et s’accorderont même avec de vieilles montres habillées si la maille est fine. Seul bémol pour celui qui y est sensible, ce sont de véritables nids à saletés que la construction rend quasi impossibles à nettoyer. A bon entendeur…

bracelet de montre maille milanaise

Un bracelet en maille milanaise sur une IWC Portofino Dual Time.

Enfin, quelques bracelets réalisés par certaines grandes marques horlogères ont acquis le statut d’icône, par leur design ou leur histoire. Il nous viendra à l’esprit les sublimes bracelets des Patek Philippe Nautilus et Audemars Piguet Royal Oak, dont le dessin et les finitions sont réellement exceptionnels, un cran au dessus du reste de la production. Rolex a également construit des bracelets qui ont traversé le temps sans prendre une ride : il s’agit des modèles Oyster, Jubilée et Président, reconnus pour leur qualité de fabrication et leur durabilité. Mention spéciale pour le président, le plus chic des trois.

bracelet montre rolex submariner acier

La classique Rolex Submariner et son bracelet en acier.

Les bracelets en caoutchouc

Le bracelet en caoutchouc à fait une entrée remarquée dans l’horlogerie de luxe, laissant de nombreux amateurs perplexes quant à l’utilisation d’un matériau à priori peu noble (rappelons qu’il est utilisé pour vos pneus de voiture) pour des produits de luxe. Depuis, de nombreuses marques y ont recours, même parmi les plus prestigieuses. On citera Patek Philippe et son Aquanaut, mais aussi Audemars Piguet avec sa Royal Oak, ou encore Breguet avec sa Marine.

bracelet caoutchouc breguet marine

Exemple d’un bracelet en caoutchouc sur la Breguet Marine.

Plus souvent vus sur les plongeuse et montre utilitaires, les bracelets en caoutchouc peuvent cependant apporter une touche de modernité à certaines montres. S’ils apportent un côté très casual, ils ont l’avantage s’ils sont de qualité d’être résistants, étanches, faciles à nettoyer et surtout abordables, même chez les grande marques. Ici il s’agit de prendre un caoutchouc de qualité.

En revanche un caoutchouc de mauvaise qualité vieillira vite et mal, un peu comme cette prof de français qui vous faisait des misères avec Molière pendant que vous rêviez d’une Casio avec alarme. Les temps changent ! Préférez aussi le caoutchouc au silicone, beaucoup moins agréable à porter.

Les modèles sont nombreux : tropic, gauffré, lisse… vous avez l’embarras du choix. De même pour la couleur, mais encore une fois on vous conseille d’éviter les couleurs un peu criardes, au risque d’avoir un cône de signalisation au poignet.

Bon et la boucle dans tout ça ?

bracelet-cuir-boucle-ardillon-montre

Un bracelet en cuir avec une boucle ardillon basique.

Pour faire simple, il vaut mieux que la boucle soit assortie au boitier. Il existe trois grands types de boucles de bracelet. L’ardillon, grand classique, est facile à utiliser puisque c’est le principe d’une ceinture et on espère que vous en avez déjà utilisée une. Mais comme celle-ci après plusieurs mois passés loin de la salle de sport, la tige de l’ardillon agrandit les trous et abîme le bracelet au fur et à mesure que vous le portez. De plus il est impossible à utiliser sur un bracelet en acier.

bracelet-metal-boucle-deployante-montre

Un bracelet en acier avec une boucle déployante simple.

Les boucles déployantes sont nettement moins nocives pour le bracelet et elles présentent aussi l’avantage de sécuriser la montre sur le poignet. Il s’agit d’un système articulé qui se replit sur lui-même. Plus ou moins complexe selon les modèles, on citera par exemple la boucle double (dite papillon) ou encore les fermoirs à boucles invisibles (Rolex Président).

boucle-invisible-rolex-president-guide-bracelet

La boucle invisible du bracelet Président de Rolex.

Voilà, vous avez maintenant toutes les infos nécessaires pour chosir au mieux votre prochain bracelet. Nous ferons d’ailleurs par la suite un article sur les bonnes adresses pour acheter un bracelet ou le faire faire sur mesure. Pour être sûr de ne pas rater l’article, n’hésiez pas à vous abonner à notre newsletter (subscribe). Et si part le plus grand des hasards vous avez besoin d’aide pour choisir la montre qui ira avec, c’est par ici.